Coups de cœur…

Invisibles ? Mémoires de jeunes filles (dé)rangées, Genève, 1900-2000

Invisibles ? Mémoires de jeunes filles (dé)rangées, Genève, 1900-2000

Invisibles?

Mémoires de jeunes filles (dé)rangées,

Genève, 1900-2000

Une exposition virtuelle

 

L’Équipe de recherche en histoire sociale de l’éducation (ERHISE) et les Archives Institut J.-J. Rousseau (AIJJR) ont le plaisir de vous annoncer la mise en ligne de l’exposition «Invisibles ? Mémoires de jeunes filles (dé)rangées, Genève, 1900-2000»
Cet événement a été réalisé dans le cadre du Festival Histoire et Cité 2022, avec le soutien de la Maison de l’histoire de l’Université de Genève.
L’exposition présente l’évolution contemporaine des politiques destinées à protéger et éduquer les mineur.e.s abandonné.es, maltraité.es, en danger, en l’illustrant principalement par des documents et informations puisés dans le contexte romand et genevois. Quel traitement était réservé à ces jeunes en déshérence, hors-jeu et hors champ des parcours éducatifs ordinaires ? Invisibles car relégué.es souvent dans des espaces clos (orphelinats, maisons d’éducation), quels ont été les parcours de ces populations juvéniles ? L’exposition s’attache tout particulièrement à mettre en lumière les spécificités des trajectoires féminines, et donne à voir les mécanismes d’invisibilisation et d’exclusion qui pèsent spécifiquement sur les jeunes filles prises en charge par ces dispositifs de protection de l’enfance.

À travers une série de séquences restituant les principaux tournants de ces politiques, croisés à des récits biographiques construits à partir des archives locales, cette exposition invite à tourner une page méconnue de notre histoire.

 

Esaïe Colladon. Journal (1600-1609). Introduit et annoté par Patrice Delpin

Esaïe Colladon. Journal (1600-1609). Introduit et annoté par Patrice Delpin

Esaïe Colladon. Journal (1600-1609)

Introduit et annoté par Patrice Delpin

La guerre franco-savoyarde de 1600, les réunions du Conseil des 200, l’Escalade du 12/22 décembre 1602 et la guerre de 1603, le soutien des cantons suisses et de la France, la paix de Saint-Julien, des truites pour régaler HenriIV, un tremblement de terre, une abondance de fruits, un gel du Rhône, les promotions du Collège, le prix du vin, des procès et des exécutions publiques, un ambassadeur persan, le décès de Théodore de Bèze…

Esaïe Colladon, médecin, professeur à l’Académie, raconte Genève en des temps troublés. Mélange d’anecdotes et de grande histoire, son Journal est une source importante pour les premières années du XVIIe siècle. Il est édité ici pour la première fois en entier, éclairé par un commentaire historique

Plus de détails dans le flyer.

 

Les registres des consistoires des Eglises réformées de Suisse romande (XVIe-XVIIIe siècles). Un inventaire

Les registres des consistoires des Eglises réformées de Suisse romande (XVIe-XVIIIe siècles). Un inventaire

 

Les registres des consistoires des Églises réformées de Suisse romande (XVIe-XVIIIe siècles).

Un inventaire

Un ouvrage collectif édité par

Christian Grosse, Michèle Robert, Nicole Staremberg, Amélie Isoz et Salomon Rizzo, avec la collaboration de Stefano R. Torres

 

Cet inventaire est pensé comme un outil pour la recherche sur la discipline ecclésiastique exercée sous l’Ancien Régime par les consistoires réformés. II établit une description détaillée de près de 700 registres consistoriaux et plus d’une centaine de recueils de documents concernant l’activité de ces tribunaux ecclésiastiques. Organisé en section cantonale, chacune précédée par une introduction qui résume les connaissances historiques sur les consistoires, il identifie précisément les lieux de conservation de cette documentation, révélant au passage un certain nombre de sources conservées localement (communes, paroisses). Il met à jour ainsi un grand nombre de documents auxquels la recherche ne s’est pas encore intéressée et vise ainsi à diversifier les enquêtes face à une historiographie qui s’est longtemps intéressée presqu’exclusivement aux consistoires des capitales (Genève, Lausanne, Neuchâtel). Plus de détails dans le flyer.